Saint Léonard de Port Maurice

Il naquit le 20 décembre 1676 à Port-Maurice, en Ligurie. Après avoir intégré le « Collège Romain », à Rome, dirigé par des Franciscains, il prit l’habit de cet ordre le 2 octobre 1697 et poursuivit ses études à l’institut saint Bonaventure. Suite à une maladie grave, il fut renvoyé à Port-Maurice où le climat semblait plus propice à son rétablissement. Quand sa santé le lui permit, il se mit à prêcher dans Port-Maurice et aux environs. 

Saint léonard fut envoyé fonder plusieurs monastères. Menant une vie remplie d’austérité et de pénitence, il fut un missionnaire infatigable.

 

Ayant une profonde dévotion pour la Vierge Marie, il intensifia et codifia la pratique du Chemin de Croix, tandis qu'il transmettait aux fidèles la pratique de l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement, et la dévotion à l'Immaculée Conception. Il désirait vivement que cet important concept de foi soit érigé en dogme. Il se fit l’ardent apôtre des Trois Ave Mariadans ses missions, à travers l’Italie et la Corse, et dans ses écrits. Il y voyait un moyen fort efficace d’assurer le salut des âmes.

 

Il meurt le 26 novembre 1751, au monastère saint Bonaventure qu’il venait de rejoindre pour répondre à l’appel du pape Benoît XIV. Il est proclamé par Pie XI « patron des missions prêchées en pays chrétiens ».

3721487170564_XXL.jpg
Saint Léonard de Port Maurice
Saint Léonard de Port-Maurice et les Trois Ave
Il écrivait : « Récitez tous les jours, soir et matin, les trois Ave Maria, en l’honneur de son Immaculée Conception. Offrez-lui vos sens et les puissances de votre âme, comme un bien qui lui appartient, et faites l’acte de contrition avec un ferme propos, le matin, de ne pas pécher pendant la journée, et le soir, de ne pas succomber pendant la nuit. »

 

A l’appui de ces dires, il citait des exemples marquants, dont celui-ci : « Vous retirez de cette pratique un avantage merveilleux, comme l’éprouva ce jeune homme esclave de mauvaises habitudes, à qui elle avait été imposée comme pénitence par son confesseur, un Père de la Compagnie de Jésus » . Ce jeune homme, après plusieurs années, fut entièrement libéré de l’emprise de son vice.

 

Un autre miraculé des Trois Avefut un capitaine dont la vie était source de scandale. La même faveur lui fut accordée : une conversion complète et presque miraculeuse, grâce à sa fidélité à la triple salutation angélique, matin et soir, avec l’acte de contrition et le ferme propos de ne plus pécher.  

 

Le « grand missionnaire du XVIIIe siècle », comme l’appelait saint Alphonse de Liguori, prêchait encore : « Matin et soir, à genoux, profondément inclinés, vous réciterez trois Ave

Maria, en l’honneur de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge, puis vous ferez un acte de remerciement à Dieu pour tous les bienfaits dont il vous a comblés, enfin un acte de contrition pour tout le mal fait à Dieu par tant de péchés que vous avez commis » (Sermons).